Paléographie

Montréal fait partie de ces rares villages qui ont encore un corps d’archives historiques important. Celles-ci sont dispersées entre les archives départementales, les archives municipales et les archives privées.

Entre autres choses la Mairie abrite ce qu'il est convenu d'appeler les Comptes Consulaires qui sont l'enregistrement de la comptabilité au XVe siècle. Peu exploitées de nos jours et l'ont cependant été entre les deux guerres par Louis Alibert qui aurait donné un mémoire sur ce sujet.

Ces Comptes Consulaires sont d'un intérêt immense à plusieurs titres. D'abord ils sont rédigés, notamment les inventaires, en bas latin et en occitan et, d'autre part, ils ouvrent sur une réalité quotidienne au XVe siècle qui est un véritable enchantement pour l'historien.

Pour les décrypter on rencontre deux difficultés.

La première relève de la lecture elle-même car les mots sont non seulement mal écrits, quand ils ne sont pas bourrés de fautes, et le scribe de l'époque, pour gagner du temps, use et abuse des abréviations tant au début des mots qu'à la fin. Les abréviations de cette époque sont répertoriées, il existe des ouvrages spécialisés qui les ont recensées.

La seconde difficulté relève du vocabulaire lui-même. Le bas latin a beaucoup évolué en corrompant le latin classique, il faut donc avoir recours à des dictionnaires spécialisés.

Il en va de même pour la langue d’Oc alors en usage qui a divergé beaucoup plus tôt du latin populaire.

Ce à quoi il faut ajouter qu'en trois générations, 1240 - 1318, tant avec l'installation de la Châtellenie royale que celle du Chapitre collégial, la ville a vu s'installer cent ou deux cent "licenciés" qui tout naturellement ont pris une part notable à l'administration de la ville.

Sur le fond général d'illettrisme de cette époque ce puissant choc culturel a sans doute eu des conséquences linguistiques. Ces gens, tous comme les Européens installés en Afrique, ont eu besoin de communiquer avec la population de souche et c'est ainsi qu'ont pu surgir des mots métissés de l'ordre du pidgin ou du sabir. C'est ce qui pourrait expliquer certaines difficultés de traduction.

J'ai eu recours entre autres aux ouvrages suivants : Boissier de Sauvages, Le Trésor du Félibrige, Honnorat, Alibert, François Lacombe, Rochegude, Raynouard, Lévy, Roquefort, du Cange, La Curme de Ste Palaye, Godefroy, Randle Cotgrave, Ménage, Borel etc .... Mais tout cela n'a pas suffit !

 

Voici un exemple...

Inventarum

Ce document date de 1459 et porte le titre d'inventarum, c'est à dire : inventaire.

Notez le troisième mot de la huitième ligne qui commence par un 9. Ce 9 n'est pas un g mais une note tironiènne, c'est à dire une abréviation codée équivalent à con. Il faut donc lire non pas gsulanis mais consulanis. Le mot d'après est montis Regalis celui d'après l'abréviation de ejusdem suivi de traditio. La lecture de cette ligne donne : hommes et consuls de Montréal de  cette tradition...

La deuxième feuille et les suivantes, qui font suite, sont en occitan pour la raison vraisemblable que le vocabulaire latin est lacunaire pour décrire précisément ce dont on veut parler. Elle sont généralement assez faciles à lire malheureusement le vocabulaire n'est pas évident, il faut en secouer des dictionnaires, des lexiques, des glossaires... Mais c'est quand même un beau voyage dans la langue.

 

Recherche du sens.

1461 014 jpg.

1 autre hostal al rayn de la plassa devant  al rayn, au droit, aligné.

Lo maselh loqual ce con/gino potirayn     maselh, abattoir.

2 botigas devant la gleyssa         botiga = boutique ou stockage

1 botiga a la cuverta del mastelh   mastelh = abattoir

Dedins lostal principal 1 balestra daraz  balestre = arbalete

Ans son aybrie de 6 stulhas

6 costas de balestras de 16 stulhas = carreaux ?

3 bonbardas sus las muralhas

11 pessas de tarios  pessas, poids ; tarios ; poudriers

 A la botiga de costa cossolat una conicitat ?genre de mortier ?

& peyras de bonbardas

2 caudalies de fer  = chaudière ou chaudron ?

1 cartura de royer cessieyra de royer cartura, cartière ;

1 mesura de metalh = méteil ; de royer : d’environ

 

autres feuilles...

1461 015 jpg.

3 forns alagayta del castelh autre

A porta de barsalona e lautre a porta Rezes

2 migieyras de royer una de 6 autra

1 baural  de 10 palmas de paura valor

Que teno sus la taulade del cossolas

1 autre baural enqu.se por cezon los cossols

Ala gleysa de 2 canas de lonc

dedins 1 armary que es al taulie una      armary : armoire ; taulie : établi

cantitat de libres IV es assabes lo libre

 de los coss.ls e lo libre Roy de la meregana

et los livres de los stinias ?

Note sur meregana : une possibilité avec le grec meros qui, selon Ménage signifie la part, la portion, et a donné méreau, plus connu dans les P.O. sous le nom de paloffe. Voici une trentaine d’années on a trouvé à la Mairie un exemplaire de cette monnaie de convention qui s’est perdu depuis. Autre possibilité, plus probable, donnée par du Cange qui dit : Meregueld perperam Weregueld, mulcta pro hominem interfecto. C'est-à-dire un livre de consigne des amendes pénales. Faut voir…


Inventaire 1 jpg 1459


Lo hostal principal al cossoles

Item 1 autre hostal al rayn de la plassa devant

Lo masulh loqual ce con..yino poticriyie ???

Item 2 botigas devant la gleyssa

Item botiga a la cuberta del mastelh

Item dedins lostal principal 1 balesta dares

Am son aybrie de VI stulhos

Item VI costas de balestas de XVI stulhos le sens porte à croire qu'il s'agit de carreaux, c'est du grec.

Item III bonbardas sus las muralhs


Inventaire 017 jpg

1 ab letras del amortizmiet del cossolat

1 vidimus coma los capitaynis  sount

Cassatz dels gaiges  cassatz : approuvés

Lo instrument de la transhairo et buzarem ???

1 letra de las murailhas del cap martel

1 staudilh  un chevalet ou un tréteau. B. latin : staudellum

IIII ct fers per senhalhies 400 fers fers de marquage

 1 molle per far pus gran un moule pour faire plus grand

1 sagelh anteurt sagelh pour sigillium, le sceau.

1 as pes de mieg ls  poids de demi livre

1 balanssos marcals  une balance de marché

1 molle per far 1 onsa et onsa

IIII ct notz de balesta noix d’arbalète.

III ct dagas  dagues

1 sagelh petit un petit sceau

1 masso pa am suic pessas de pes  poids de pain ? Le massepain est aujourd'hui une pate d'amandes, ça m'étonnerai...

1 molle de fer e las marcas un moule de fer et les marques

1 peno nou une plume neuve

Lo libre blanc

Los privileges & siens e Regie siens

VIII jaques et I lenguz  Jacque, la veste de protection rembourrée des soldats

A la plassa I monhal garnit de rozidas

E de postz


 

Sabarthès fait remarquer que l’s du nominatif tombe plus tard dans le parler de Montréal qu’ailleurs. Donc le s n’est pas forcément la marque du pluriel. Il n'est pas évident de traduire unas libras ! A moins de penser que unas a valeur de démonstratif.

Beaucoup de mots de vocabulaire restent des énigmes, d'autres textes les résoudront peut-être. Au moins, quand c'est du latin, la difficulté de lecture étant surmontée, on ne manque pas de lexiques ; pour l'occitan, la langue étant bien plus diversifiée, c'est la croix et la banière.

On remarque l'absence d'une quelconque logique de classement. Ça a l'air d'un beau bric à brac la-dedans !


Inventarum 028

Item lo libre blanc

Item los priviletges dels suous e Regne suous

Item hyueyt jaques e hun lengus hun arnies   hueyt = huit

Item a la plassa una botiga que ce de present

Illisible

Item desus le soliez de la dita botuga hun

monalh gitzant de cordis e de postz  = planches

Item hun per hun quintal de fer

Item dos pezes casta de mieg quintal de fer  casta = chaque

Item hun pes de hun cartaiyro une cartière

Item hun pes de dotze livras e miega

Item hun pes de sies livras et hun cart  sies = six

Illisible

Testes matheus villenove matheus grigriandi

Bernardus petri – johannes saut et johannes cossa et

Ego. Quezzoni

Anno Dmi abI 1461 et die XXI

january le reste illisible.

 

 

Inventarum 030


Autra lhostal  aquí que mete.. de la te la ..lo barbie

Item una petita botiga jostz cuberta 

Al mazel

Itel j autra botiga de jostz la plassa de  jostz = dessous

Mazel que te aras ludes de tario. Aras = désormais ; lieu de poudrière

V castas de balesta e j romana  romana = reste

.. peza 1 quintal e xvij ls las rals

Une ligne barrée

Une ligne barrée an aquo de iij ct embort

Item tres bombardelaz de los son sus

Las muralhas

Item xjj pessas de tarios

Item en la manso del cossolat una

Quantitat de peyras de bombardas

Comme le maire actuel de Montréal s'est fait pistonner pour éviter le service militaire, il ne devrait pas être maire !

Item dos caudalies de fer

Item j cartiera de cause sesiema

Item j mesura de metalh

Item tres forns

Item dos megieras de roye una del

Bi et lautra del olis

Item j baural de petita valor te teno

Sus lo taulies del cossolat

Itel j autre lauqual del cont de xvi

Palmas l.on sezo los cassals ala gleisa

Item j arqua que teno ala gleisa

Que lo pa senlut

Item j binx del rut de x palmas qui esta

En la sala del cossolat

Item dedins j armary del  cossolat ha

Dedins una gran quantital descriptus

J po.. de crotz j cálix e una padela = patène


Inventarum 031

Amb una gran quantital descriptus

J pom de crotz j cáliz e una padela

Del aco dos cubertas deusesus tres

Bassinets de fer de petita valor

Dos canilhas de bombardas dos petitas   canilhas = canisses

J canilha de bombarda megasayra

J gran canilha de bombarda

J trompa del aco de petita valor

Una autra trompa que te lo estatayre  = de l’annonceur

J balesta dasus am son aybrie

J caissa vielh a hon se meto las striuas  = forme dérivée de estreu, étrier, anneau d’arbalète pour la bander avec le pied.

Autra arqua am iiij ct pes hon meto arqua, coffre, arche.

Los privileges

J granda Romana hon se pesan las

Farinas

J caisso dedins la dita caissa am dos

Clana duzas en que son los privilèges

Que se en segon dins estutz de cruz

J privilèges de du.stes boruleges  resta

J brusta redonda hun es la campra

Des forns et autra l.ra del castelet

De panis

Com los cossols son juges en crimos

La quantita de iii ct rey alberges

Una cadena longa de fer gran for de mass

Viii jaques

Dos senalies per senhar cartiesmes

…privilegi de las sals

 

Inventarum 032

Item libras de las sepulturas de capitol

Item j carta de reconoyssesa & fiefis  carta = registre

cartieyras dels cessels de la caritat   cessel : cens

Item unas libras q. tast notre podoy reserbre

Inscriptus dedins lo lor de demonreal am lo

Sagel blanc

Item la libra de amortisimel delos cossols

Stavesaya tros  ???

Item coma la garda delas clans de la vilha  clan : disposition, moyen

Ile axte als cossols no- pas a moss lo  ???

Rastella dos cartas  ratelier des registres ou chartes

Item j libra de salvagarda delos cossols et

Habitans de Monreal

Item j libra dela aquisitio de la mayzo del

 Cossolhat

Item libra de amortizment de

cossolhat

Item J carta q- deguna persona ignosenta : repentante

Aro deu paygar sujotinas  = assujetissement

Item J libra delas siesmas e mercats de moreal

Item j autre privilège de notat couyse te

Amonreal

Item tam los cossols soy juges en crimis

Am mossos lo castella  = la châtellenie

Item J libra de la clausura dela vilha

Item J carta coma los cossols podon depputas

Comes si lo blat q- hom paga als

Cesses es bo ho nolet de las mesuras

Item lo vidimus la livra dels pez del blat

Item lo vidimus  dels privilèges


On peut remarquer au passage, dans cette suite d'inventaires, que les consuls disposent de nombreux documents écrits. On ne dira jamais assez que ce qui s'est brûlé pendant les Guerres de Religion du fait des Huguenots a été une mutilation du village bien plus grave que les incendies et les meurtres.


Mense canoniale

En 1318, lors de l'institution du Chapitre collégial, le Pape Jean XXII assigne des revenus de la terre à cette institution, c'est la mense, ou manse, canoniale. En 1603, on fait faire une copie de cette Ordinatio collegiata au Parlement de Toulouse. C'est le texte ci-dessous, de couleur brune. C'est tellement illisible que le chanoine Sabatier, syndic du Chapitre, surligne la copie à l'encre noire, en 1787, il n'écrit pas mieux que le premier scribe mais pour le paléograpge, c'est une aubaine tout de même.

En effet, sans ce secours inattentu, on n'est pas sorti de l'auberge pour déchiffrer la troisième ligne noire, et la brune au dessous, où il est écrit : de castel veteri de bosqueto de essalabada de etc...

Essalabada, sur Arzens aujourd'hui, est situé à environ un ou deux kilomètres au plein sud du Monument des Épis Sanglants. C'est aujourd'hui la Pierre Levée, site préhistorique gaulois, me précise le Dr Carles mon éminent confrère historien local et néanmoins ami. Cet Essalabada appartenait avant aux Hospitaliers de Saint Jean de Pexiora, comme une bonne partie d'Arzens.

Bosqueto. Le Bousquet. Décimaire de Montréal en 1263, cité dans l'Ave Maria de l'abbé... Je suppose qu'il était situé entre Montréal et Arzens.

Castel veteri. C'est Saint Michel, route de Bram, au dessus de Fontadeille.

Oruntiano.

 


Ci dessous.... un devis de réparation des remparts.

J'ai transcrit du mieux que j'ai pu, il reste des fautes.

 

 

Anno ab incarnatio domini millio 1461 et die mensis

Augustus illustrissimo principe ….ludovico rege

Francorum regnendi Noverint universes q. prudi viri guilh.

Ermus de fontibry viris petrus stironos et johannes bonetis

Consules mon..  ipse et guilhem Rogeri eorum consule ac

Etiam noi-e universitate ejusdem loci gratis tradiderunt

Ad Reparandum et de novo construendum et aedifficandum quodam

Parietis meniariam villi ejusdem loci qui sequunt et

Primo quoddam frustum parietis existens inter januam

Porti Riddesii et porti aguerie et quoddam aliud

Frustum etiam existens inter portam vocatam porte esquine

Et januam porte vocate aguerie etiam quoddam aliud

Frustum quod est in periculo cadendi inter idem. porte

Del castelh et porte squine etre viris petro durandelli

Vallifactor habitans loci de la Vallieta ibidem (prit.) et

Acceptant etre (ct’t) lior ad priud et none (present) congino

Qualibet cana mensuraddo in longitudine et altitudine

Ejusdem et habebit III pede de amplitudine tres decim

         et la suite...

 

Porti Riddesii, c'est la porte des Rozes aujourd'hui. ...

aliud frustum quod est in periculo cadendi inter... porte del castelh et porte squine  soit : cet autre morceau qui est en danger de tomber entre la porte du château et la porte Squine. De deux chose l'une : ou bien le scribe a écrit n'importe quoi (il avait peut-être ramené de la chichon des Croisades) ou bien l'une des deux portes n'était pas à l'endroit où on les situe aujourd'hui. Et ça, ça ne m'étonnerait qu'à moitié. En effet, il est bizarre que la longueur de rempart comprise entre la rue des Tilleuls et la porte Esquine n'ait jamais permis un accès du village par le Nord. D'autant plus que le vieux château n'était pas où il est aujourd'hui.






Exemple de la difficulté à transcrire.

Voici un texte qui, à première vue, ne semble pas trop mal écrit et on se dit que ça va être du gâteau. Malheureusement on ne sait pas de quoi il parle, l'entrée est atypique. En bas à droite, on lit cependant Not 8 qui est probablement la signature d'un notaire.

Les quatre premiers mots sont faciles : vidi tres libr. turo. J'ai vu trois livres tournois. Formule inconnue de nos services. Ensuite on ad qui commande l'accusatif de arta...m. suivi par de parlia. La descente aux enfers commence. En cherchant chez du Cange, on se fait à l'idée que arta... est un substantif venant du bas latin artanere qui pourrait signifier, entre autres choses, montrer ou indiquer. Et parlia pourrait être une forme abréviée de parliament, au sens de lieu de justice. C'est ce qui s'appelle avancer sans filet. L'idée qu'on s'en fait est que ce texte est relatif à un procés.

La deuxième ligne commence par un grigri uncompréhensible, le second mot commence par une note tironienne signifiant pro ou per suivi d'un x, d'un i et d'un o. Incompréhensible. Le troisième mot pourrait être ventus qui est une altération de venditus. Suivi de per residentium pro rata de pour une résidence en raison de

ligne 3 : tubas mensilas. tubas est une altération de turbas = les troubles. Mensilas semble formé sur mens, le mois. Il s'agit très probalement du défaut de paiement de mensualités.

suite après l'illustration


 

le premier mot de la 4° ligne reste illisible pour moi  mais on trouve aussitôt après tempus en abrégé, c'est à dire tem + la tilde abréviative, dicta tabula ce qui fait référence à un échéancier.

Ligne 5 : per dare causionis sufficientes de die in die, pour donner une caution suffisante de jour en jour.

Ligne 6 : ad requisitionem ut pro cissire ut alioqui, pour demander réquisition afin de couper sinon

ut ab liga... délier ?   persona la personne per bona de rigori par un moyen de rigueur

quos ... per domus predicta nanana nanana. Eh oui ! domus predicta, parce que les mots de la quatrième déclinaison comme manus (la main), sont féminin. Peu de footballeurs le savent malheureusement.

Evidemment, vous allez me dire : c'est du petit nègre votre histoire, c'est vrai. Mais en attendant, on sais de quoi ça parle en gros. C'est un propriétaire qui cherche à virer son locataire pour défaut de paiement du loyer. Pas très original du point de vue historique !

A partir de là deux possibilités : ou bien on en sait assez et on laisse tomber ou bien on peaufine la transcription et la traduction.

Cette requête est présentée aux consuls et il y a une bonne raison à ça  : ceux-ci perçoivent, par l'incantaïre, un droit sur les contrats de location. En échange, ils les garantissent et sont seuls à pouvoir les casser.

Maintenant vous en savez assez...

 

(On m'a soufflé, pendant que j'écrivais,  c'est un motu proprio, le mot du propriétaire. Je ne suis pas bien fort en latin  et j'ai vérifié, je peux vous dire que c'est faux.)

 

 

Autre exemple...

Quand on fait de la paléo à la va-comme-je-te-pousse, ainsi que je le fais, il importe plus de connaître le sujet traité que de préparer le concours d'entrée de l'École des Chartes. Il est nécessaire de perdre le moins de temps possible avec des rébus insolubles comme l'abréviation de la seconde ligne ci-dessous.

Sur la première ligne on lit anno aj° IIII° lxxxx b(v) III. Soit 1498.

L2 : nonvebre, Novembre .... Le 8 tout seul avant la fin de la ligne est le b(v) de viri. Les hommes, au sens noble.

L3. franciscum hamely petrus alzoni loci de senestro ?

L4. hom libro viri giraldus salvi narcissius

L5. gosfred bernardus lauraci et petrus

L6. lembery cossoles dicti loci unanimi ? praest.. Je devine : praestitunt, prescrivent.

L 7. unam deux mots illisibles tradiderunt mènent à bien

L8. per illisible pro cubilayr.. lapicid... Cubilaris, c'est une maison de campagne ; lapicida, un maçon ; in ista loc.

L9. ejusdem loci ad edifficandi et

L10. construendi duos urceos (citernes) sunt ar(a)tz et ..

L11.

 

 

 

 

Quelquefois on n'y comprend pas grand chose. Comme cet acte notarié par exemple. On identifie quelques mots : retulit de refero, landrit qui semble signifier mariage ou marié ; anticipatio ; pignorint, hypothéquer ; usufruitum et quelques autres mots.

Pour le reste c'est le noir complet. Déjà qu'aujourd'hui on a du mal à comprendre ce que dit le notaire, imaginez ça il y a cinq siècles !

 

 


 

Retour à l'accueil